Expositions

Dans la patrie de Soljenitsyne, prologue à la Roue Rouge

Le Musée de Kislovodsk

Prolongation jusqu’à fin août 2018!
a!ffiche exposition

L’exposition retrace la généalogie d’Alexandre Soljenitsyne, ses grands-parents paternels et maternels,  ses liens avec la ville d’eau Kislovodsk, ville qui a vu naître l’écrivain, ainsi que Rostov-sur le Don où il déménagea à l’âge de 4 ans et l’impact de ces toutes premières impressions sur son œuvre, en particulier Août 14.

Affiche Editeurs 29avrWeb

L’Archipel du Goulag d’Alexandre Soljénitsyne, un Séisme Littéraire.

« J’endossais le destin de l’écrivain russe d’aujourd’hui pour qui c’est la vérité qui compte : il faut écrire uniquement pour que tout cela ne soit pas oublié, pour qu’un jour nos descendants l’apprennent ».

La Librairie des Éditeurs Réunis a le plaisir de vous faire visiter le lieu physique où la publication de l’Archipel du Goulag s’est faite, ainsi que de vous présenter l’histoire et les personnages qui se sont investis à la parution de l’œuvre.

L’exposition tend à révéler l’investissement personnel des Invisibles, les compagnons dévoués de l’ombre, ainsi que les réactions de la presse occidentale à la parution de l’ouvrage qui allait secouer le joug du système soviétique.

Exposition – Vente : Ivan Kuleff, peintre d’émigration début XXème siècle.

Ivan Kuleff (1893-1987) est un peintre peu connu de l’émigration russe, contemporain de Chaïm Soutine et de Marc Chagall. Né à Rostov-sur-le-Don, il finira ses jours près de Paris.

Après des études aux Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg auprès du portraitiste Valentin Serov (1865-1911) (Portrait du Tsar Nicolas II de 1900, La Jeune Fille aux pêches de 1887) et de Constantin Korovine (1861-1939) (Portrait Ivan Morozov de 1903, Grands Boulevard près de Bastille de 1930), Ivan Kuleff entreprend un voyage à travers Constantinople, Croatie et la Macédoine.

Artiste mystérieux et mystique, ses tableaux sont imprégnés de piété et d’ataraxie. Par les couleurs argentées : du bleu, du vert, des touches de rouges et l’orangé, les peintures sont apaisantes, méditatives et poétiques.

A la fin des années 1920 il rejoignit Paris, mais fut confronté lors de son voyage à la disparition à la suite d’un accident ferroviaire de tous ses tableaux enregistrés comme bagages. Et ce malheur se reproduisit lors de la Seconde Guerre mondiale… Une exposition de ses œuvres devait avoir lieu à Bruxelles, il les y expédia, mais une bombe les détruisit en tombant sur le wagon qui les transportait. L’après‑guerre lui fut plus favorable. Plusieurs expositions eurent lieu à Bruxelles, La Haye, en 1948 à Meudon où fut donnée une analyse élogieuse de son œuvre par G. Morel, à Florence en 1951 où il présenta notamment ses deux œuvres majeures : sa série d’illustrations à la tempera de la Divine Comédie de Dante — dans sa maison, et celles du Livre de Job à l’encre de Chine. Il participait régulièrement à tous les salons d’Art libre et des Indépendants.
Capture-d%u2019écran-2015-05-30-à-11.13.20

Kuleff 1

Catalogue de vente : Ivan Kuleff.

 

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :